Archives du blog

De la Bière contre des rats !

De la bière contre des rats Une université propose aux étudiants d’échanger des rats morts contre de la bière. Comment faire participer les étudiants à la nécessaire chasse aux rats au sein de leur université ? En leur offrant une bière pour chaque spécimen rapporté.C’est une opération de dératisation assez inédite qui a débuté au sein de la Victoria University de Wellington, en Nouvelle-Zélande :pour chaque rat mort rapporté, les étudiants gagneront un bon pour une bière au bar de l’université. Le docteur Gareth Morgan, à l’origine du projet, a expliqué dans le New Zealand Herald comment cette idée saugrenue lui été venue. S’interrogeant sur le meilleur moyen d’attirer les étudiants, il s’est demandé ce qui pourrait les motiver. Qu’est ce qu’ils aiment ? – La bière! Pour aider les jeunes dans leur quête, l’université a fourni une centaine de pièges à rats aux étudiants participants, qui sont principalement inscrits au sein du département d’écologie. Mais Gareth Morgan s’est dit un peu inquiet face à l’affluence d’étudiants volontaires, et a expliqué qu’il serait certainement nécessaire de racheter quelques pièges. Les rats ainsi attrapés ne seront pas, rassurez-vous, remis directement au bar en échange d’une consommation : les étudiants devront les donner au département de biologie, en échange d’un bon permettant de faire valoir leur gain. Les rongeurs seront ensuite congelés et utilisés pour la recherche. L’opération, financée par le docteur Gareth Morgan, devrait durer 6 semaines, et dans l’immédiat rester cantonnée à l’enceinte de l’université. A ses détracteurs qui craignent une incitation au «binge drinking », ce phénomène d’alcoolisation massive à la mode chez les jeunes, le philanthrope répond simplement : Pensez plutôt à tous ces rats qu’on va attraper.

via : Le Figaro Étudiant

Publicités

Les rats peuvent se révéler pleins de compassion et ne sont pas égoïstes !

Rattus norvegecusLe rat serait plus proche de l’humain qu’on pourrait le croire.

Du moins d’une de nos émotions. Car lorsqu’il a le choix entre savourer des pépites de chocolat ou libérer un congénère enfermé dans une petite cage, le rat préfère en général voler au secours de son prochain, selon  une étude américaine.

La science avait déjà mis en évidence que l’altruisme n’était pas uniquement réservé à l’être humain mais existait par exemple chez les singes. Mais l’étude, menée par des spécialistes du cerveau de l’Université de Chicago et publiée jeudi dans la revue Science, est la première à mettre en évidence chez le rat un tel comportement suscité par un sentiment d’empathie, a déclaré Jean Decety, l’un des auteurs de la recherche.

Les rates plus que les rats.

Pour mener leur étude, les laborantins ont réparti 30 rats deux par deux dans des cages où l’un d’entre eux était pris au piège dans un petit enclos. Le  rat en relative liberté donnait des signes d’agitation lorsque son compagnon  était enfermé. Après trois à sept jours, la plupart des rongeurs parvenaient à ouvrir la  porte de l’enclos enfermant l’autre animal.
Une fois qu’ils avaient compris comment procéder, ils commençaient systématiquement par ouvrir la porte dès qu’ils entraient dans la cage.
Afin de mesurer plus avant l’altruisme du rat, les chercheurs ont mis à  disposition de leurs sujets des pépites de chocolat. En temps normal, chaque rat dévorait la totalité du repas. Mais lorsque son compagnon était enfermé, dans la moitié des cas, le rat la libéré afin de partager le chocolat avec lui. Même s’il a parfois commencé le festin tout seul. Le rat pourrait manger tout le chocolat à lui tout seul. Mais il ne le  fait pas. Cette découverte nous a fait l’effet d’un choc, a déclaré la neurobiologiste Peggy Mason.
Les chercheurs ont constaté que l’altruisme était plus répandu chez les femelles que chez les mâles. Les prochaines étapes de l’étude pourraient consister à chercher les différences biologiques entre les rats altruistes et les autres.

En attendant, Peggy Mason estime que l’étude donne une leçon à l’être humain: « Lorsque nous agissons sans empathie, nous le faisons à l’encontre de nos dispositions biologiques. Si les gens écoutaient davantage leur héritage biologique, ils sen porteraient mieux ».