Archives du blog

L’attaque des moustiques tigres en Belgique.

Moustiques tigres

Invasion moustiques tigres en Belgique.

Ces insectes asiatiques pourraient bien s’installer chez nous et ce n’est pas sans danger.

Les moustiques tigres refont parler d’eux suite aux déclarations de Maggie De Block. La ministre de la Santé craint que le moustique tigre s’établisse définitivement en Belgique. Ce moustique fait déjà quelques incursions chez nous depuis plusieurs années. Des larves et des adultes ont été repérés en Wallonie et dans le port d’Anvers mais ils ont été maîtrisés. On l’appelle moustique tigre en référence aux lignes blanches qui strient son corps et ses pattes noirs. L’espèce vient tout droit d’Asie, le moustique tigre vivait avant essentiellement dans les forêts, des zones de marécages et, petit à petit, il a colonisé les milieux de l’homme.

Comment cette espèce est-elle arrivée chez nous ?

Pour deux raisons, la première, la mondialisation, les transports. Ces moustiques arrivent dans les pneus mais aussi les plantes, via les « lucky bambous », les bambous qui se terminent en queue de cochon. Ils sont importés avec un peu d’eau, endroit rêvé pour le moustique tigre.

L’autre raison de sa présence, c’est le réchauffement climatique. C’est une espèce résistante qui s’adapte facilement. Le risque que le moustique tigre s’installe en Belgique est donc réel.

Et pourquoi doit-on craindre ce moustique-là ?

Parce qu’il travaille la journée, il pique en plein jour, parce qu’il vise aussi bien l’homme que les animaux et parce qu’il véhicule des maladies importantes pour l’homme comme la dengue ou le chikungunya qui peuvent parfois être mortelles.

via : RTBF Matin premiere

Un cas de chikungunya confirmé en Guyane

moustique-tigre

 Un cas de chikungunya, virus transmis par un moustique et qui provoque forte fièvre, douleurs articulaires et musculaires, a été confirmé en Guyane, a-t-on appris lundi auprès de l’Agence régionale de santé (ARS). Un cas de chikungunya, virus transmis par un moustique et qui provoque forte fièvre, douleurs articulaires et musculaires, a été confirmé en Guyane, a-t-on appris lundi auprès de l’Agence régionale de santé (ARS). Selon un communiqué de l’ARS, le cas confirmé a été importé en Guyane alors que l’épidémie de chikungunya poursuit sa progression sur l’île de Saint Martin, dans les Caraïbes. En Martinique, la confirmation biologique de deux cas de chikungunya révèle l’introduction du virus sur l’île, poursuit l’ARS. Selon la même source, les mesures de surveillance renforcée et de lutte anti-vectorielle vont s’intensifier pour éviter la diffusion du virus. La Guyane est en effet actuellement en proie à une période pluvieuse et à une intensification des déplacements de personnes notamment entre les Antilles et la Guyane à l’occasion des fêtes de fin d’année note encore le communiqué. Ces deux facteurs sont favorables à l’extension de la circulation du virus, indique l’ARS.

En mars 2006, le chikungunya avait fait son apparition en Guyane, importée par une personne ayant séjourné sur l’île de Madagascar. A l’époque, le virus ne s’était pas répandu mais les conditions climatiques étaient différentes. Selon les experts, en Guyane, le moustique Aedes Aegypti peut véhiculer le chikungunya durant environ 3 semaines après avoir piqué une personne qui a le virus.

via : La Parisienne

L’un des 10 animaux les plus dangereux du monde

Surprenant ? Et pourtant : le moustique est bien l’espèce la plus dangereuse du monde. Cet insecte qui vit sur tous les continents est le plus grand tueur d’hommes au monde. Et de loin…

Le danger du moustique provient en fait de sa capacité à véhiculer des maladies. Une simple piqûre suffit. Il est le seul à pouvoir transmettre le paludisme et peut propager des virus comme le chikungunya. 2 millions de personnes en meurent chaque année.