Lapins sous grande surveillance en Nouvelle-Calédonie

lapin On est assis sur une poudrière. Le discours de Patrick Barrière, coordinateur du pôle espèces envahissantes au conservatoire des espaces naturels (CEN), ferait presque peur. Son ton est sérieux, car le sujet l’est également. Contrairement à l’image d’animal doux et inoffensif qui perdure dans l’inconscient collectif, une explosion démographique des lapins en Nouvelle-Calédonie serait désastreuse. En 2012, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) a réalisé une étude pour connaître la population de lapins sauvages dans le pays et le risque qu’ils représentent. Près de vingt foyers ont été localisés un peu partout sur le Caillou. Et l’étude n’est pas exhaustive, indique Patrick Barrière. Beaucoup ont été trouvés sur l’îlot Leprédour et sur la presqu’île de Bouraké. Plus surprenant, à Katiramona, trois foyers ont été repérés.

Comportement : Au lotissement des Trois Vallées, les habitants connaissent bien la problématique. Souvent, ils aperçoivent des lapins. Une centaine, d’après certains. Comment sont-ils arrivés ? Ce sont des gens qui les ont lâchés, croit savoir cet habitant. Le CEN lutte pour que ces comportements ne se reproduisent plus. Notre plus grosse contrainte, c’est que le lapin est un animal sympathique. C’est agréable de le voir gambader, on peut comprendre que des gens soient tentés d’en libérer autour de chez eux, mais malheureusement, la place du lapin est dans un clapier, pas dans la nature. C’est une espèce envahissante, prévient Patrick Barrière. Changer la mentalité des gens s’avère être le défi le plus important des collectivités et des associations environnementalistes.  Selon l’IRD, la principale victime d’une prolifération des lapins serait l’écosystème de la forêt sèche. C’est un herbivore, donc son impact le plus important se situe sur la flore. En Nouvelle-Calédonie, haut lieu d’endémisme, le lapin est un danger mortel pour certaines espèces végétales. Sur l’îlot Leprédour, des fleurs ont disparu. Deuxième problème : le sur-pâturage des lapins, qui entraîne une disparition de la strate herbacée sur le sol.  Lorsqu’il y a de fortes précipitations, le sol n’est plus retenu. Cela crée le paysage lunaire observé sur l’îlot. Le sol est dénudé et n’est quasiment plus fertile.

Galeries : Un danger d’autant plus grand pour le CEN que le lapin a des capacités de reproduction importantes. Il met bas deux à quatre fois par an, avec, à chaque portée, quatre ou cinq petits pour une espérance de vie de cinq ans. En plus, c’est une espèce qui crée des galeries et qui n’est pas facile à chasser et à réguler. Cependant, des voix s’élèvent contre cette chasse aux mammifères aux grandes oreilles. Pour Jean-Claude Vallois, éleveur-sélectionneur de lapins de race pure à Dumbéa-Rivière, il n’y a pas de problématique urgente. Il estime que si les gens sont raisonnables, il n’y aura pas de problème et fustige la province Sud qui se retranche derrière l’étude de l’IRD pour avoir les mains libres et combattre les lapins. Pour sauver certaines espèces, collectivités et associations se mettent en ordre de marche. 2014 sera une année de réflexion notamment sur la régulation des lapins. Les gens seront sollicités pour limiter les foyers, explique Patrick Barrière. Le but est clair : réduire au plus bas niveau possible le nombre de lapins sauvages dans le pays.

via : lnc.nc

À propos de Laboratoire SUBLIMM

Spécialiste de la lutte anti-nuisibles ainsi que l'entretien et l'amélioration de l'habitât. Nous réalisons des prestations les plus ciblés ayant le soucis de ne perturber en aucun cas notre environnement.

Publié le 10 janvier 2014, dans Espèce invasive, lapin, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s