Maladies anciennes qui reviennent

Hygiène et vaccination restent les meilleurs moyens de se prémunir.

Un cas de scarlatine dans une école d’Agen signalé la semaine dernière, une vingtaine de cas de gale dans un lycée de Nérac, 55 cas de rougeole recensés dans tout le département de Lot-et-Garonne depuis le 1er novembre dernier, mais aussi, ci et là, une tuberculose ou une coqueluche… Une sorte d’inventaire à la Prévert de maladies qu’on pensait éradiquées et qui évoque plutôt le XIXe que le XXIe siècle. Et pourtant…

C’est vrai qu’on assiste à une recrudescence de ces maladies ; confirme-t-on du côté des services de la protection maternelle et infantile du conseil général. « On voit apparaître beaucoup de cas de gale en milieu scolaire notamment. »

Pour le président de l’Ordre des médecins du Lot-et-Garonne, le docteur Jean-Marcel Mourgues, ces maladies obéissent à des parcours particuliers : « La gale peut être, par exemple, le témoin d’un manque d’hygiène ou d’une insalubrité et se développe évidemment plus facilement en collectivité car elle est très contagieuse. Mais c’est une maladie qui n’a jamais vraiment disparu. Tout comme la scarlatine qui ne peut être prévenue et contre laquelle il n’existe pas de vaccin. La scarlatine a été peu présente depuis les années 1980, qui ont été placées sous le règne des antibiotiques. Le problème, c’est qu’à donner des antibiotiques systématiquement on provoque la résistance des bactéries. Le fait de moins en donner peut expliquer aussi ce retour. »

DÉPARTEMENT SOUS-VACCINÉ
Quant à la rougeole, c’est une question de vaccination. « Le Lot-et-Garonne est historiquement moins « vacciné » que le reste de la population aquitaine ou française (N.D.L.R., 75 % en Lot-et-Garonne, 85 % en Aquitaine, avec taux d’efficacité maximale à 95 %). Le vaccin ROR (rougeole oreillon rubéole) n’est pas obligatoire, juste recommandé. Comme il présente quelques effets secondaires, certaines familles sont réticentes. »

Parmi les autres facteurs expliquant également le retour de ces maladies, la paupérisation de la population lot-et-garonnaise qui n’a pas forcément les moyens de consulter ou la baisse de l’offre de soin, qui « isole » certains secteurs.

Gale, scarlatine, rougeole, tuberculose ou coqueluche… Ces maladies appartiennent au vocabulaire médical de 2012, à la faveur d’épidémies ou de cas recensés.

À propos de Laboratoire SUBLIMM

Spécialiste de la lutte anti-nuisibles ainsi que l'entretien et l'amélioration de l'habitât. Nous réalisons des prestations les plus ciblés ayant le soucis de ne perturber en aucun cas notre environnement.

Publié le 29 janvier 2012, dans maladies, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s